Édith Salès-Wuillemin dirige le laboratoire Psy-DREPI (dynamiques relationnelles et les processus identitaires) de l’université de Bourgogne. Si elle ne travaille pas spécifiquement sur la question de la radicalisation, elle s’intéresse de près aux problèmes identitaires et de vulnérabilité, que l’on retrouve souvent à la racine du phénomène.

Scroll to Top
Taille de texte
Contrastes